We Are All Connected: Animals

Thu, 05/02/2013 - 12:38 -- SandBAdmiN

Introduction:

I will be writing regularly on various topics. Many will be reflections about the writing process but I will be exploring many other themes that move me in some way at the time such as art, random thoughts and events. Please feel free to add your comments.

                    ****
 
We Are All Connected: Animals

Animals have a way of creeping into poems and have an important place in poetry and in the creative process.

They have always served as stereotypical metaphors and similes for human qualities. We have all heard the expressions 'as proud as a peacock', 'as cunning as a fox' and 'grouchy as a bear'. Merely invoking animal images creates associations in our mind. The use of fresh, unusual language and stretching the metaphor can make for a very powerful effect, both in creating an atmosphere and throwing out clear images. The words we use can produce layers of symbolic material, which work with the rhythm of the poem and the imagination, to spark a train of thought or to expand upon the germ of creation.

Animals have always been a source of inspiration to humanity. Aboriginal tribes felt a strong bond with the animal kingdom and with Nature as a whole. Different tribes claimed certain animals to bond with and animals served as guides on spirit quests.

There are a multitude of reasons why animals are so important to us and the planet as a whole. The fact that more and more animals are endangered, or even extinct, has upset the balance of Earth. Can we do without bees? Would our lives be poorer without the Polar Bear? Perhaps it would not affect our everyday life in the short term. But life on this planet is so rich. I am sure we would feel the loss in some way. Animals express the diversity of life and the beauty of the plan for Earth. Animals make our planet and our writing richer.

We are fortunate to have animals around us. Apart from showing how different each creature is, it also lets us notice similarities, to observe how each species fits in and allows us to be more connected to the scheme of things. Since moving to a larger city, surprisingly I have had the pleasure of spotting squirrels, chipmunks, raccoons, skunks and hares. There is continuous birdsong. Right now it is spring and two little birds are outside my door singing and dancing around each other. Yesterday a squirrel sang his heart out, his little chest rapidly going up and down in a strange concert.

We are taught how fragile life is though the drama that plays out daily in the animal kingdom in the struggle for survival. We are forced to face our fears at an instinctual level Who has not seen the Nature programs where victims are hunted down and eaten? Or who is not horrified of the wasp that lays its eggs in a beetle? And when the eggs hatch.....   It is all true drama at its highest, and can be incorporated in some way into our writing.

Pets are especially important for writers. They provide love and -especially for those of us practicing the sedentary arts- push us out to go for walks, to experience nature and to play.

Many poets have used animals in their poems. The ones that come instantly to mind are Edgar Allan Poe, Ted Hughes, WB Yeats, Mary Oliver and Elizabeth Bishop.  

Although Poe and Yeats used birds to elicit different atmospheres, there are certain themes linking their works. Among other animals, Poe used a raven in his poem of the same name to elicit loss and the ephemeral nature of life: the colour black of bird representing the dark, the mysterious and the sinister. His repetition heightened the eerie effect. Yeats created a feeling of melancholy and transience in “Wild Swans at Coole”. He chose the white birds to discuss, in an achingly beautiful way, the sad themes of the inevitability of death and the fact that nothing lasts. There is a profound sense of loss through poem. Yeats alludes to extreme loss in a lovely indirect way.  One sees fifty-nine swans in the poem. Therefore, as swans mate for life, we can assume that one swan has lost its partner and left heartbroken.

Ted Hughes also wrote about birds, as well as writing extensively about other animals and plants.
His unusual use of language creates vivid sensory images to immediately bring us to the subject of the poem. Proust's “madeleine” biscuits may have sparked memory and instantly taken him back to another time and place remembered. With Hughes, we can experience something new and instinctively familiar through his language and images: “the short hot stink of fox”, “underwater eyes, an eel's oil of water body” in The Otter, and from Crow, “flying black flag of himself.

Elizabeth Bishop was able to come across many animals when she lived with her grandparents in Nova Scotia. In one poem she describes the wonder at coming across a rarely seen wild animal close up.
Why are we joyful when the moose/utterly in control of the situation, dictating its parameters/looks us over in grand otherworldliness? / We are not being mapped at this moment, we are being seen. /That, perhaps, is a kind of joy:...”

Poet Mary Oliver often wrote about nature, connectiveness and how we fit in with the scheme of things: “Whoever you are, no matter how lonely, /the world offers itself to your imagination, /calls to you like the wild geese, harsh and exciting/over and over announcing your place/ in the family of things.” (from the poem Wild Geese).

Animals have perhaps been overused in Children's Literature and, for a while, few publishers would accept stories with animals. However, it is undeniable that children readily identify with them and I have noticed that lately there are many new releases with animals as characters. The use of animals in fables has also fixed them in a certain way in literature. However, we as poets can create something new. We can't accept that everything has been done before. We have to give our own take on things, experiment and write animals into our works. I can't wait to get started and look forward to seeing what you come up with.

 

Blogue

Introduction:

Je vais écrire régulièrement sur divers sujets. Beaucoup seront des réflexions sur le processus d'écriture, mais j'explorerais d'autres thèmes qui me touchent en quelque sorte comme l'art, les pensées et les événements aléatoires. N'hésitez pas à ajouter vos commentaires s'il vous plaît.

 

 

1.Nous sommes tous connectés: Animaux

Les animaux ont une façon de ramper dans des poèmes et avoir une place importante dans la poésie et dans le processus créatif.

Ils ont toujours servi de métaphores et de comparaisons stéréotypées de qualités humaines. Nous avons tous entendu parler de fier comme un paon "les expressions,« rusé comme un renard »et« grincheux comme un ours ». Invoquant simplement des images d'animaux créent des associations dans notre esprit. L'utilisation de produits frais, de la langue et l'étirement de la métaphore insolite peut faire pour un effet très puissant, à la fois dans la création d'une atmosphère et jeter des images claires. Les mots que nous utilisons peuvent produire des couches de matériau symbolique, qui travaillent avec le rythme du poème et de l'imagination, de susciter un train de pensée ou à élargir le germe de la création.

Les animaux ont toujours été une source d'inspiration pour l'humanité. Tribus autochtones se sentaient un lien fort avec le règne animal et à la nature dans son ensemble. Différentes tribus ont affirmé certains animaux de se lier avec les animaux servaient de guides sur les quêtes spirituelles.

Il ya une multitude de raisons pour lesquelles les animaux sont si importants pour nous et la planète dans son ensemble. Le fait que de plus en plus d'animaux sont en danger, ou même éteint, a bouleversé l'équilibre de la Terre. Pouvons-nous faire sans abeilles? Serait notre vie pauvre sans l'ours polaire? Peut-être qu'il ne serait pas affecter notre vie quotidienne à court terme. Mais la vie sur cette planète est si riche. Je suis sûr que nous nous sentirions la perte d'une certaine façon. Les animaux expriment la diversité de la vie et la beauté du plan pour la Terre. Les animaux font de notre planète et de notre écriture plus riche.

Nous avons la chance d'avoir des animaux autour de nous. En plus de montrer comment chaque créature est différente, il nous permet aussi de remarquer les similitudes, d'observer comment chaque espèce s'adapte à l'intérieur et nous permet d'être plus connecté à l'ordre des choses. Depuis son arrivée dans une grande ville, de manière surprenante, j'ai eu le plaisir d'apercevoir des écureuils, tamias, les ratons laveurs, les mouffettes et les lièvres. Il ya le chant des oiseaux continue. En ce moment c'est le printemps et deux petits oiseaux sont devant ma porte chantant et en dansant autour de l'autre. Hier, un écureuil chante de tout son cœur, sa petite poitrine va rapidement monter et descendre dans un concert étrange.

On nous apprend comment la vie est fragile mais le drame qui se joue tous les jours dans le règne animal dans la lutte pour la survie. Nous sommes obligés de faire face à nos peurs à un niveau instinctif Qui n'a pas vu les programmes de la nature où les victimes sont pourchassés et mangés? Ou qui n'est pas horrifié de la guêpe qui pond ses œufs dans un scarabée? Et quand les oeufs éclosent ..... Il est vrai drame à son plus haut, et peut être incorporé en quelque sorte dans notre écriture.

Les animaux domestiques sont particulièrement important pour les écrivains. Ils fournissent amour et en particulier pour ceux d'entre nous pratique le sédentaire arts-nous pousser à faire des promenades, de découvrir la nature et à jouer.

De nombreux poètes ont utilisé des animaux dans leurs poèmes. Ceux qui viennent immédiatement à l'esprit sont Edgar Allan Poe, Ted Hughes, WB Yeats, Mary Oliver et Elizabeth Bishop.

Bien que Poe et Yeats utilisés oiseaux pour obtenir des ambiances différentes, il ya certains thèmes en lien avec leurs œuvres. Parmi les autres animaux, Poe a utilisé un corbeau dans son poème du même nom pour obtenir la perte et la nature éphémère de la vie: la couleur noire de l'oiseau représentant l'obscurité, le mystérieux et le sinistre. Sa répétition accentuée de l'effet étrange. Yeats a créé un sentiment de mélancolie et éphémère dans "Cygnes sauvages à Coole". Il a choisi les oiseaux blancs pour discuter, dans une poignante beauté manière, les tristes thèmes de l'inéluctabilité de la mort et le fait que rien ne dure. Il ya un profond sentiment de perte à travers un poème. Yeats fait allusion à la perte extrême dans une belle façon indirecte. On voit cinquante-neuf cygnes dans le poème. Par conséquent, comme les cygnes s'accouplent pour la vie, nous pouvons supposer que l'un cygne a perdu son partenaire et a laissé le coeur brisé.

Ted Hughes a aussi écrit sur les oiseaux, ainsi que la rédaction de nombreux articles sur les autres animaux et les plantes. Son utilisation inhabituelle du langage crée des images sensorielles vives pour nous amener immédiatement à l'objet du poème. Les biscuits «Madeleine» de Proust ont peut-être suscité mémoire et immédiatement emmené dans un autre temps et lieu retenu. Avec Hughes, nous pouvons expérimenter quelque chose de nouveau et instinctivement familière à travers son langage et des images: "le court odeur chaude du renard", "les yeux sous l'eau, le pétrole de l'anguille du plan d'eau" dans la loutre, et de Crow, "volant drapeau noir de l' lui-même ".

Elizabeth Bishop a pu rencontrer de nombreux animaux, quand elle vivait avec ses grands-parents en Nouvelle-Écosse. Dans un poème qu'elle a décrit l'émerveillement à venir à travers un animal sauvage rarement vu de près. "Pourquoi sommes-nous joyeux quand l'orignal / totalement en contrôle de la situation, en dictant ses paramètres / nous regarde en grande angélisme? / Nous ne sommes pas cartographié en ce moment, nous sommes perçus. / C'est, peut-être, est une sorte de joie ... "

Poète Mary Oliver souvent écrit au sujet de la nature, connectiveness et comment nous nous situons dans le schéma des choses: «Qui que vous soyez, quel que soit le solitaire, / le monde s'offre à votre imagination, / vous appelle comme les oies sauvages, rude et passionnant / maintes et maintes annonçant votre place / dans la famille des choses. "(du poème Wild Geese).

Les animaux ont peut-être été galvaudé dans la littérature pour enfants et, pendant un certain temps, quelques éditeurs accepteraient des histoires avec des animaux. Cependant, il est indéniable que les enfants s'identifient facilement avec eux et j'ai remarqué qu'il ya dernièrement ya beaucoup de nouvelles versions avec des animaux comme personnages. L'utilisation des animaux dans les fables les a également fixé d'une certaine façon dans la littérature. Cependant, nous, les poètes pouvons créer quelque chose de nouveau. Nous ne pouvons accepter que tout a été fait auparavant. Nous devons donner notre propre point de vue sur les choses, d'expérimenter et d'écrire les animaux dans nos œuvres.

Je ne peux pas attendre pour commencer et j'ai hâte de voir ce que vous venez avec.

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.